Toile n°6 Villers sur mer Gustave Caillebotte

Gustave-Caillebotte-Villers-sur-mer.jpg

 

 

Aujourd’hui je vous amène dans une petite ville des côtes normande avec la sixième peinture de mon défi des 52 toiles:

(Villers sur mer de Gustave Caillebotte).

Gustave Caillebotte est un peintre du 19 ème siècle , aussi connu pour avoir peint les raboteurs de parquet. Pour en savoir plus sur son œuvre et sa biographie, vous pouvez consulter le lien Wikipédia ci-dessous.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gustave_Caillebotte

Dans cet article , je vais vous présenter les 5 composants essentiels pour réaliser un tableau à la manière des impressionnistes, je vais tenter de vous initier à la peinture de paysage, faisant suite aux précédents articles, je vais vous montrer les différentes étapes  pour peindre cette toile de Gustave Caillebotte .Pour vous remettre en mémoire le dernier article, vous pouvez le consulter en cliquant  ci-dessous:

http://galeriecxe.fr/toile-n5-les-falaises-detretat-claude-monet/

 

 


  • Les 5 étapes indispensables pour minimiser les risques d’erreurs…

 

 

photo 4 (8)

 

note :

Comme vous pouvez le constater, je réalise à chaque fois un dessin préparatoire avant de commencer, puis je place les couleurs principales , j’ai réalisé cette copie de tableau avec l’aide d’un simple document, mon premier travail a été de placer les couleurs principales en couche maigre en partant du ciel, (de haut en bas). Ce n’est  peu être pas forcément la technique utilisée par Gustave Caillebotte…mais ma manière de le faire.

Après avoir réalisé l’arrière-plan je me suis concentré sur le premier plan( la végétation, les toitures des maisons, puis les façades des maisons, c’est à ce point crucial que j’ai remarqué que je faisais un tas d’erreurs que je veux éviter à l’avenir et peu être vous aidez à ne pas faire ce genre d’erreurs, lorsque vous êtes en face d’un ensemble assez riche en détails

 

1) Cherchez les couleurs dominantes

– Peignez ce que vous voyez et ce que votre œil perçoit au premier regard.

Il est important de vous focaliser en premier sur ce qui vous semble le plus évident, les détails viennent ensuite. Pour réaliser le premier plan, ma première étape a été de peindre toutes les toitures des bâtiments apparents en bleu, car dans ce paysage urbain c’est la couleur bleu des toitures , et  le vert de la végétation qui domine, et c’est pour cette raison  que j’ai peint ces parties du tableau en priorité.

 

 

 

photo 3 (22)

 

2) Peindre en fonction des ressources picturales que vous posséder sur la toile.

– Focalisez-vous sur ce que vous avez peint et ce qui vous parait le plus simple à travailler. Ne vous arrêtez pas à un détail anecdotique.

 

Lorsque j’ai peints certaines  parties du tableaux cité ci dessus,d’autres éléments évident apparaissaient  à côté que je n’avais pas vu  auparavant. C’est à ce moment précis que j’ai pu remplir les parties encore vierges du tableau

Après avoir peint en couche maigre, je suis repassé ensuite par les zones que j’avais peint sans trop de difficultés, puis j’ai commencé à peindre la façade de la maison aux premiers plans,  avec des glacis.

Je me suis ensuite focalisé sur cette partie du tableau pour la complété, et repartir ensuite sur d’autres éléments comme la végétation,  A partir des légers dégradés, que j’ai obtenus avec mon glacis ,j’ai peint par touches successives les zones claires et les zones plus foncées,avec les techniques  impressionnistes,pour peindre la végétation.

Je suis retourné ensuite sur les zones que j’avais déjà travaillées en arrière-plan pour affiner de plus en plus le travail…

 

 

 

photo 1 (25)

 

3)Mettez  de la vie à la composition

Si vous aimez peindre en plein air, ou même à partir d’un tableau original ou d’une carte postale, vous devez faire apparaitre un ensemble chromatique harmonieux qui est sincèrement pensé et observer, c’est dans la richesse des couleurs et des ensembles de couleurs que vous pouvez faire émerger la forme et exprimer pleinement ce que vous ressentez.

viens le moment ou vous donnez vie au tableau…

Peindre un tableau dans ce style pictural ne consiste pas simplement à mettre des aplats de couleurs , il est donc important d’apporter un supplément d’âme et valoriser certains effets subtils de peinture qui donneront du relief, et des impressions que vous voulez faire apparaitre. C’est une expérience intérieure qu’il faut extériorisé à travers  la peinture.

Exprimez un mouvement ou bien même un ensemble de couleurs qui va donner une impression de relief, de profondeur, de lumière ou une certaine ambiance, c’est la partie la plus dur à travailler car vous pouvez rencontrer deux mouvements contradictoires.

La plupart du temps on a tendance à se focaliser sur notre impression personnelle, ce qui est une très bonne choses.Mais si l’ on reste sur cet élément premier on perd de vue tous les autres , il est donc important de faire abstraction de ce premier élément et voir l’ensemble comme un tout en mouvement.

Suivez le mouvement de vos pensées, de vos impressions comme un simple observateur, il s’agit simplement d’une habitude du geste et de l’observation des choses, j’aurai l’occasion de vous écrire un article beaucoup plus complet ou j’exposerai cette méthode…

En attendant je reviens à ce tableau …
Après avoir réalisé le plus gros du travail avec les lignes et les couleurs principales du tableau, je me consacre ensuite à affiner progressivement la toile avec la technique que je vous ai exposé :

Révélez progressivement les parties les plus évidentes du  tableau.

 

 

 

photo 2 (34)

 

4) Affinez la composition avec des détails

Dans cette étape, il est important de reprendre chaque zone que l’on a travaillé précédemment pour ne rien oublier .

Après avoir terminé la troisième étape, j’ai retravaillé le ciel, l’arrière-plan et les premiers plans.

J’ai repris chaque partie afin de mettre le plus de détails possible.

Il y a tout un travail d’observation à faire entre l’original et la copie et c’est pour cela que vous devez posséder une reproduction la plus fidèle possible et une image de très bonnes qualités, pour éviter d’aller vers une impasse.

Personnellement j’ai utilisé une image d’une assez mauvaise qualité, et cela fait partie des aléas de mon défi, je ne cherche pas à faire une reproduction parfaite, et ma philosophie est d’apprendre en faisant, lorsque vous voulez peindre de plus petits détails il est important de pratiquer la peinture.
Si vous avez des doutes penser à reprendre ce travail à tête reposée en prenant un temps d’observation

La limite de temps peu être une contrainte, c’est pour cela qu’il faut prendre le temps pour faire les choses et les faires bien plutôt que de se précipité et mal faire les choses pour les reprendre ensuite, ce qui est une mauvaise habitude et qui peut faire baisser votre estime de vous-même et vous décourager pour aller plus loin dans une exploration picturale.

 

 

 

Gustave Caillebotte Villers sur mer

 

5) Savoir achever un tableau

-Savoir achever un tableau est la chose la plus difficile .Certains pensent qu’une toile est achevée lorsque le peintre en a marre et ne trouve plus matière à travailler le tableau, d’autres personnes pense qu’un tableau est achevé au moment où il est parfait et que tous les moindres petits détails sont présents.

 

À mon gout un tableau est achevé lorsqu’il n’y a plus rien à retravailler, et lorsque tous les éléments paraissent harmonieux, c’est pour cela qu’il est difficile a priori de juger son travail lorsque l’on a le nez dessus.

Pour juger de l’avancement et de l’achèvement d’un tableau je vous conseille une méthode simple qui consiste à arrêter de peindre et ne plus  regarder le tableau pendant une journée ou deux, ou bien prendre une photo de la toile au moment où vous avez fini le travail.

Prendre du recul va vous permettre de voir les choses avec un regard nouveau et objectif…
…ce qui  va vous permettre de juger instantanément ce que vous devez  retravailler pour achever le tableau.

Le plus important pour ne rien oublier est de faire une liste de toutes les points à retravailler pour les retrouver instantanément et mener à bien les prochaines séances de peintures…

 

Crédit photo:

Christophe Michou: Villers sur mer d’après Gustave Caillebotte acrylique sur panneaux (2015)

1 Commentaire

  1. Zaza

    magnifique,j’adore vos peinture

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Envie d'en savoir PLUS? Télécharger gratuitement mon GUIDE

x