quelques astuces à connaitre pour peindre un regard expressif

Gustave_Courbet_-_Le_Désespéré

Le désespérer Gustave Courbet source Wikipédia

 

– Dans ce bref article je vais vous montrer comment réaliser un regard expressif en peinture, et comment on peut retranscrire une expression la plus fidèle possible au modèle grâce à quelques petites astuces qi il est nécessaire de mettre en place dès le départ puis dans les premières étapes de mise en peinture.
Malgré la ressemblance plus ou moins lointaine , le modèle que j’ai choisi n’est pas le capitaine Jack Sparrow dans le film Pirate des Caraïbes. Il s’agit d’un autoportrait de Gustave Courbet réalisé en 1845 .
Pour vous exposer ma technique j’ai choisi aujourd’hui ce modèle pour vous illustrer les différentes étapes mises en place pour obtenir une expression du regard fidèle au modèle à la fois par les contrastes et la posture globale du sujet .Mon choix s’est porté sur cette peinture plus particulièrement car l’expression du regard est exprimée si simplement et si efficacement, par ces yeux grands ouverts et les contrastes fabuleux entre les jeux d’ombre et de lumière et qu’il était important de l’étudier pour apprendre à peindre un regard .

Ce modèle à un regard très expressif et vous allez voir comment se construit cette expression pas à pas en dessin et en peinture.

esquisse du déssespéré                       Le déssespéré

 

  • Etape 1 : le dessin

– Mon approche du dessin va vous surprendre, lorsque je réalise une esquisse préparatoire je ne construis pas mon image avec les techniques traditionnelles du dessin, ce que j’observe en premier ce sont les vides et les pleins de mon image de référence, je prends ensuite des repères simples sur mon support qui vont me permettre de construire l’image, je commence à tracer les traits principaux à la mine de plomb ou bien avec un crayon, lorsque cette étape est réalisée je place les ombres et les lumières sans chiader, en insistant sans forcer sur les parties les plus sombres pour faire ressortir la composition . Il ne s’agit pas d’un dessin élaboré mais d’une esquisse préparatoire qui va être peinte. lorsque le sujet prend forme et que la ressemblance est la plus fidèle possible au modèle je commence à réaliser les premiers glacis avec une couleur, deux couleurs puis trois couleurs.

– Dans cette étude je vais principalement prendre soin de reproduire l’expression et plus particulièrement le regard. Le regard sera être pris dans son ensemble, nous verrons notamment que celui-ci prend toute sa force grâce au contraste que je vais accentuer au fur et à mesure de ma progression.

Le desesperé 3         Le desespéré 4

  • Etape 2: le glacis

-Le glacis est une des premières étapes pour placer les couleurs, et personnellement j’utilise cette étape pour placer les premières ombres et les éléments les plus importantes qui me serviront de bases pour élaborer chaque zone en minimisant les risques d’erreurs en peinture. C’est par cette méthode que j’arrive à affiner progressivement les détails et remplir les zones blanches de peinture tout en ayant l’esprit serein, car j’avance progressivement avec “des balises visuelle nécessaire” afin de ne pas me perdre . Comme il s’agit de peinture cette étape ne se fait pas en noir et blanc , mais en couleur.
Je vais illustrer concrètement qu’il est possible d’affiner le dessin grâce à la peinture et c’est pour cela que lors des étapes précédentes le modèle à encore un regard vitreux, car c’est en fonçant certaines zones et en retravaillant chaque détail des yeux que le regard va apparaitre et va prendre toute sa force, inutile de réaliser cette étape en dessin, car  en peignant vous risqueriez de perdre tous les donnés de votre dessin .
C’est en peignant que je vais réaliser la plus grande partie du travail, et regardez la suite…

le desespéré 5

  • Etape 3 : application de la peinture en couche grasse ,et travail sur les contrastes de l’image

– Maintenant que chaque ombre et lumière sont placés sur le visage grâce à mon glacis, je vais pouvoir ensuite retravailler chacune de ses parties avec une peinture plus épaisse, pour optimiser au maximum le rendu final avant de commencer cette étape, il est important d’avoir placer le glacis ou couche maigre le plus précisément possible, car il est crucial de se coller au plus près du modèle et d’être le plus exact possible pour maximiser la ressemblance avec l’original.
Vous pouvez prendre alors un temps d’observation pour la suite et commencer à opacifier et garnir chaque partie de la composition réaliser ses différentes étapes petit à petit en détaillant progressivement chaque élément et en prenant soin d’être le plus précis possible quant au choix des couleurs sur la palette, mais comme je vous l’ai expliquez vous pouvez tout aussi bien réaliser ces différentes étapes qui vont suivre grâce à la peinture à condition d’avoir réalisé une esquisse exacte et les glacis les plus précis possible, au pire revenez à une étape antérieure pour corriger certaines erreurs, et si tout est ok continué et passer à …

Le desepéré 6

  • Etape 4 :donner de la profondeur

-Dans cette étape il est important d’opacifier chaque zone afin qu’il n’y est plus aucunes transparences qui apparaissent…
Il ne faut plus voir la toile en transparence et il est nécessaire de charger un peu plus en peinture pour recouvrir davantage en repassant sur chaque partie pré peinte en prenant soin de garder les couleurs de fond,puis rajouter certains détails qui n’y figuraient pas.
Dès que les ombres et les lumières principal de la composition sont mis en place, vous pouvez commencer alors à réaliser certains détails pour les affiner au fur et à mesure en incorporant des claires obscures, n’hésitez pas à ce moment d’accentuer certains contrastes, pour allez plus en profondeur et pour apporter davantage de netteté et de précision, essayez cette fois de retranscrire exactement tous les éléments que vous voyez du modèle, toutes les parties du visage sont importantes pour retranscrire l’expression du modèle.

le désespéré 7

  • Etape 5 :quelques derniers petits détails

-Dans cette dernière partie je reviens principalement sur les yeux, puis sur les reflets des cheveux et à la fin je retravaille certaines parties du poignet puis des plis de la chemise en faisant des rehauts de blanc, cette dernière étape fait partie du reglaçage final pour mettre en valeur certaines parties afin d’accentuer cette impression de volume .
Finalement c’est la touche finale qui va donner toute la profondeur du regard, dans cette dernière étape je réalise les reflets dans les yeux en deux étapes, tout d’abord en fonçant la pupille puis en mettant cette touche finale de blanc cassé, qui va apporter toute la force à l’expression.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Envie d'en savoir PLUS? Télécharger gratuitement mon GUIDE

x